AGORADROIT

Conseils juridiques, discuter de droit, de culture générale, préparez le métier d'avocat : ce forum est le vôtre !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 RESPONSABILITE ENFANT / PARENTS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
noimuro
Caporal-juris
Caporal-juris


Nombre de messages : 2
Localisation : wattrelos
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: RESPONSABILITE ENFANT / PARENTS   Mar 20 Sep - 16:32

voila je mexplique,

j'ai découvert il y à quelques mois que mon pére n'était en réalité pas mon géniteur. Mon père vit actuellement chez ma grand mère, mais elle devoir etre hospitalisé pour des raisons de santé, il est alcoolique et ne travaille pas depuis près de 30 ans soit mon age aujourd'hui. Je n'ai presque aucun rapport avec lui, mais je suis inquiet car je me demande si je suis responsable de lui, car il va se retrouvé a la rue et n'a pas les ressources sufisante pour subvenir a ses besoins.

Que dois je faire ??
Ya t il, sur le plan juridique un "echapatoire" (test adn qui prouve que ce n'est pas mon vrai père par ex)
Comment faire pour pouvoir prouver qu'il n'est pas mon père et le faire reconaitre par la justice ?

merci a tous ceux qui m aideront car j avoue que je suis perdu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Agoradroit
Webmaster
Webmaster
avatar

Masculin Nombre de messages : 850
Age : 107
Localisation : France.
Date d'inscription : 14/04/2005

MessageSujet: Re: RESPONSABILITE ENFANT / PARENTS   Mer 21 Sep - 21:00

Salut noimuro et bienvenue !

C'est possible dès lors qu'il n'existe pas de possession d'état !!

Article 322 du code civil

Nul ne peut réclamer un état contraire à celui que lui donnent son titre de naissance et la possession conforme à ce titre.
Et réciproquement, nul ne peut contester l'état de celui qui a une possession conforme à son titre de naissance.


A contrario, la jurisprudence a décidé ceci :

Cour de cassation
Chambre civile 1
Audience publique du 27 février 1985 Rejet


ATTENDU, SELON LES ENONCIATIONS DES JUGES DU FOND, QUE LE 17 MARS 1978 EST NE A CHATENAY-MALABRY (HAUTS-DE-SEINE) UN ENFANT DU SEXE MASCULIN QUI A RECU LES PRENOMS DE SIMON, ANDRE ET A ETE DECLARE A L'ETAT CIVIL PAR H. D. COMME ISSU DE SON MARIAGE AVEC MICHELE L. ;

QUE, PAR ACTE DU 11 SEPTEMBRE 1980, MICHELE L., EPOUSE D., A FAIT ASSIGNE SON MARI POUR FAIRE JUGER QUE L'ENFANT SIMON, ANDRE N'ETAIT PAS LE FILS DE CE DERNIER, EN ALLEGUANT QUE, DEPUIS 1976, SON MARI ET ELLE, QUOIQUE DEMEURANT SOUS LE MEME TOIT, N'AVAIENT PAS DE VIE COMMUNE ;

QUE L'ARRET INFIRMATIF ATTAQUE A ACCUEILLI CETTE CONTESTATION DE LA PATERNITE LEGITIME, AUX MOTIFS QU'EN L'ABSENCE DE POSSESSION D'ETAT CONSTATEE ELLE ETAIT RECEVABLE, CONTRAIREMENT A CE QU'AVAIENT DECIDE LES PREMIERS JUGES, ET QUE LES RESULTATS DE L'EXPERTISE BIOLOGIQUE JUDICIAIREMENT ORDONNEE EXCLUAIT DE MANIERE FORMELLE LA PATERNITE DU MARI, DEFENDEUR ;

ATTENDU QUE POUR CONTESTER LA RECEVABILITE DE L'ACTION LE POURVOI SOUTIENT QUE RIEN N'AUTORISE A PENSER QUE LE LEGISLATEUR DE 1972, QUI A STRICTEMENT REGLEMENTE LES ACTIONS EN CONTESTATION DE PATERNITE LEGITIME PREVUES PAR LES ARTICLES 312 ET 318 DU CODE CIVIL, AIT ENTENDU, TOUT EN CONSERVANT A L'ARTICLE 322 SA REDACTION ANTERIEURE, DONNER A CE TEXTE UN SENS NOUVEAU QUI PERMETTRAIT, SOUS LA SEULE CONDITION DU DEFAUT DE POSSESSION D'ETAT D'ENFANT LEGITIME ET EN DEHORS D'UN CONFLIT DE FILIATION A RESOUDRE, LA CONTESTATION DE LA PATERNITE DU MARI DE LA MERE ;

QU'IL EST AUSSI INVOQUE QUE SI L'ACTION EN CONTESTATION DE LEGITIMITE DE L'ARTICLE 322 DU CODE CIVIL ETAIT OUVERTE AU MARI PENDANT TRENTE ANS, L'ACTION EN DESAVEU, QUI EST REGIE PAR DES DELAIS STRICTS ET BREFS, N'AURAIT PLUS D'UTILITE, CE QUE LE LEGISLATEUR N'A PAS VOULU ;

QU'AINSI ET SURTOUT, CETTE NOUVELLE INTERPRETATION DE L'ARTICLE 322 RENDRAIT SUPERFLUES TOUTES LES DISPOSITIONS DU CODE CIVIL RELATIVES AU DESAVEU ET A LA CONTESTATION DE PATERNITE LEGITIME A FIN DE LEGITIMATION ;

QU'ENFIN, S'IL ETAIT EXACT QUE TOUTE CONTESTATION DE LEGITIMITE FUT INTERDITE, LORSQUE LE TITRE D'ENFANT LEGITIME EST CONFORTE PAR LA POSSESSION D'ETAT, LA MEME SOLUTION VAUDRAIT POUR LA CONTESTATION DE PATERNITE DE L'ARTICLE 318 DU CODE CIVIL TOUT AUTANT QUE POUR LE DESAVEU ;

QUE PAR SON ARRET EN DATE DU 16 FEVRIER 1977 LA COUR AYANT DECIDE QUE L'ACTION DE L'ARTICLE 318 ETAIT OUVERTE A LA MERE ET A SON SECOND CONJOINT, MEME SI L'ENFANT, DECLARE SOUS LE NOM DU PREMIER MARI, A LA POSSESSION D'ETAT, ELLE NE SAURAIT, SANS SE CONTREDIRE, CONSACRER UNE INTERPRETATION DE L'ARTICLE 322 QUI PROHIBE TOUTE CONTESTATION DE PATERNITE LEGITIME DES QUE L'ENFANT A UN TITRE D'ENFANT LEGITIME ET UNE POSSESSION D'ETAT CONFORME ;


MAIS ATTENDU, D'ABORD, QU'EN SON ALINEA 2 L'ARTICLE 322 DU CODE CIVIL SE BORNE A POSER LE PRINCIPE QU'EN MATIERE DE FILIATION LEGITIME NUL NE PEUT CONTESTER L'ETAT DE CELUI QUI A UNE POSSESSION CONFORME A SON TITRE DE NAISSANCE ;

QUE, DANS LE CONTEXTE DE LA LOI DU 3 JANVIER 1972, DONT L'UN DES OBJECTIFS ESSENTIELS A ETE D'ATTRIBUER A CHACUN SON VRAI RAPPORT DE FILIATION ET QUI A CET EFFET A ATTACHE A LA POSSESSION D'ETAT DES CONSEQUENCES JURIDIQUES PLUS NOMBREUSES QUE PAR LE PASSE, L'ARRET ATTAQUE A ESTIME A BON DROIT, EN L'ABSENCE DE DISPOSITION CONTRAIRE, QUE L'ARTICLE 322, ALINEA 2, PERMETTAIT LA CONTESTATION DIRECTE DE LA PATERNITE LEGITIME DES LORS QUE L'ENFANT QUI POSSEDAIT LE TITRE D'ENFANT LEGITIME ETAIT DEPOURVU DE LA POSSESSION D'ETAT ;

GENERALE, LES FORCES PROBANTES RESPECTIVES DU TITRE ET DE LA POSSESSION D'ETAT ;

ET ATTENDU, EN SECOND LIEU, QUE CETTE ACTION EN CONTESTATION DIRECTE DE LA PATERNITE LEGITIME NE SAURAIT PRIVER DE TOUTE UTILITE LES ACTIONS PLUS SPECIFIQUES QUE LA LOI A PREVUES A CETTE FIN PAR DEROGATION EN PRINCIPE POSE PAR L'ARTICLE 322, PUISQU'IL EST POSSIBLE D'Y RECOURIR LORSQUE LES CONDITIONS EN SONT REUNIES, MEME DANS LE CAS OU IL Y A CONJONCTION DU TITRE ET DE LA POSSESSION D'ETAT ;

QUE L'ARRET, EST, LEGALEMENT JUSTIFIE ET QUE LE POURVOI DANS L'INTERET DE LA LOI NE PEUT DONC ETRE ACCUEILLI ;

PAR CES MOTIFS : REJETTE LE POURVOI FORME CONTRE L'ARRET RENDU LE 17 DECEMBRE 1982 PAR LA COUR D'APPEL DE PARIS ;

************


Wink

_________________
"Je ne suis ni Athénien, ni Grec, mais un Citoyen du monde." (Socrate)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://avocatprepa.forumactif.com/
noimuro
Caporal-juris
Caporal-juris


Nombre de messages : 2
Localisation : wattrelos
Date d'inscription : 20/09/2005

MessageSujet: Re: RESPONSABILITE ENFANT / PARENTS   Ven 23 Sep - 15:37

que puis-je faire alors ??
faut que j'aille voir un avocat, un juge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RESPONSABILITE ENFANT / PARENTS   

Revenir en haut Aller en bas
 
RESPONSABILITE ENFANT / PARENTS
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recherche lieu d'accueil parents-enfants
» Je me fâche, il rigole...
» rattachement d'un enfant à l'un ou aux deux parents assurés
» Lieu d'accueil enfants-parents aux Avenières : qui veut participer ?
» enfant et console de jeux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AGORADROIT :: Divers juris :: Aide juridique-
Sauter vers: